Pourquoi ce projet?

                                                                                  (cristiana massioni & ernesto perillo)

Il naît de notre intérêt et de notre passion

 
              – pour la poésie
                                – pour les langages (surtout artistiques)
                                                  – pour la construction de réseaux et de connexions
                                                                 – pour les questions

 
(nous avons été tous les deux étudiants puis professeurs et nous nous sommes occupés de méthodes pédagogiques pour la formation des enseignants … donc nous n’avons jamais cessé de nous interroger/de mettre des points d’interrogation).

 
Il naît d’une rencontre avec WISŁAWA SZYMBORSKA et de la lecture assidue de ses paroles /de ses pensées.
C’est à partir de nos passions qu’est née l’idée de partager avec d’autres personnes la question de la poète polonaise ‘Mais qu’est-ce donc la poésie?’

 
Son ‘NIE WIEM’ (je ne sais pas) provocant pouvait /peut être le point de départ d’un parcours à proposer et à réaliser avec d’autres personnes.
      Qui?
                Des jeunes?
                                        Des adultes?
Pourquoi pas avec les deux, peut-être en relation entre eux et avec nous?

 

 

Aller de l’avant ensemble pour comprendre, pour connaître, pour se parler nous semble être, en effet, un besoin/désir/plaisir – peut-être pas toujours visible ou exprimé ou conscient mais souvent urgent – transversal aux genres, aux générations, aux cultures. Donc à tous les membres d’une communauté qui, à travers un échange, éduque et est éduquée.

 

 

Si l’école est un lieu important pour la communauté, il n’en est pas moins de sa bibliothèque municipale. Ce sont deux instruments/ressources pour un parcours ayant un objectif en commun : accueillir la question-défi de WISŁAWA SZYMBORSKA ‘Mais qu’est-ce donc la poésie?’ et sa réponse provocante ‘je ne le sais pas…’.
Et c’est encore elle qui nous dit en parlant d’un peintre qu’elle affectionne

 

                                     ‘crire à travers des mots les tableaux de Vermeer est inutile.
                                                 La musique serait plus adaptée,
                                    un quatuor pour deux violons ,pour harpe et basson’

 

de possibles analogies entre sa poésie et les différents langages artistiques nous aiderait à construire/comparer les réponses possibles.

 
Et, pour que le jeu puisse commencer, nous avons impliqué dans notre projet le photographe Vincenzo Cottinelli de Brescia qui a mis à disposition des jeunes et des adultes adhérant au projet quelques unes de ses images en noir et blanc à analyser et à accoster librement aux textes de la poète polonaise que nous avions préalablement choisis …

 
Et la forme laboratoire – dans le sens ancien d’un atelier d’art où l’important est la démarche qui porte à un résultat, et non pas une vitrine dans laquelle le résultat est de toute manière atteint et exposé – nous a paru la mieux adaptée à notre projet.

 
Le projet, présenté et accueilli par la Commune de Feltre et par sa Bibliothèque Municipale, par les professeurs Annarosa Cavallari et Marcello Della Valentina avec leurs classes du lycée Dal Piaz, s’est développé comme un laboratoire ouvert.

 

Le parcours réalisé, qui comme nous le souhaitions, a suivi des parcours prévus et imprévus, est documenté par les pages qui représentent le ‘journal de bord’ de l’expérience.

 

traduction 4AL  2017  – supervision M.me Maria Gabriella Tonin